Première étape: La Sculpture

Tout santon commence en général par… une idée. A partir de cette idée, qui murit parfois des mois, on élabore un projet concret, parfois en faisant un petit dessin (c’est ce que je fais pour les décors), parfois en prenant des photos sur une personne de mon entourage qui « fait le santon« . Ensuite, je sculpte la pièce. Pour ma part, je sculpte en début d’année. Ci-dessous, la sculpture d’une façade de maison en argile.

Sculpture de santon

 

Deuxième étape: Le moule

A partir de cette sculpture, je fabrique le moule. Celui-ci est toujours en plâtre puisque c’est le seul matériau qui permet de mouler l’argile. Ce premier moule est appelé « moule mère » car il sert à la fabrication des autres moules qui, eux, serviront au moulage (les « moules de tirage »). Le moule est fait dans la foulée de la sculpture en début d’année. Ci-dessous, les deux moitiés d’un moule de tirage pour un mouton.

deux moitiés de moule pour santon de Provence

 

Troisième étape: Le moulage

Le moulage est le terme générique pour désigner l’utilisation d’un moule pour la reproduction des santons. Il y a deux techniques: l’estampage qui consiste à mouler avec de l’argile sous forme de pâte et le coulage qui consiste à mouler avec de l’argile sous forme semi-liquide. Les décors sont souvent coulés, alors que les santons sont presque toujours estampés. Cette étape se déroule environ sur 8 mois jusque vers début octobre. Ci-dessous, la mise en place de l’argile dans le moule et son pressage.

Mise en place de l'argile

Mise en place de l’argile

Pressage du moule pour donner la forme au santon

Pressage du moule pour donner la forme au santon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quatrième étape: La finition

Quand l’argile a un peu séchée, son léger retrait permet de sortir la pièce du moule. On attend « un certain temps » comme dirait Fernand Raynaud que le santon soit assez sec (mais pas trop) pour retirer la ligne de séparation du moule tout autour du santon (on dit « ébarber) et lisser ou reprendre les défauts éventuels. Cette étape est concomitante au moulage. Ci-dessous, le santon (ici notre mouton) à la sortie du moule, en attente d’ébarbage.

Santon à la sortie du moule

 

Quatrième étape: La cuisson

On aurait tort de négliger cette étape qui est d’une grande importance pour la suite. Si le santon n’est pas assez cuit, il est friable. Les santons cuisent à une température comprise entre 960° et 980°. Cette haute température est atteinte par pallier en une dizaine d’heures si le four est plein. Et il faut attendre au moins le double pour qu’elle redescende et que l’on puisse sortir les santons du four.

Santon Cuisson 2

Dernière étape: La peinture

C’est cette étape qui termine le santon et lui donne sa personnalité. Il ne faut pas la rater. C’est pourquoi il y a un long travail de préparation et quelques essais permettant de juger des variantes avant de réaliser le prototype définitif. C’est ce prototype qui est photographié pour figurer sur le site et qui sert ensuite de modèle pour peindre tous les autres. Ce prototype est gardé à l’atelier pour référence. Cette étape se déroule en alternance avec le moulage et se termine parfois début décembre pour les santons les plus retardataires… Ci-dessous, peinture d’un santon.

Peinture d'un santon

Et voilà, après une année bien remplie,  il ne reste plus qu’à les ranger soigneusement en attendant les fêtes de Noël et vos visites sur notre site ou nos stands en Provence.